1778 (2 juillet)

Mort de Rousseau et naissance d’un culte : le pèlerinage à Ermenonville

Parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville : Ile des Peupliers
Parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville : Ile des Peupliers

 

Jean-Jacques Rousseau décède brusquement le 2 juillet 1778 dans le pavillon mis à sa disposition par le marquis de Girardin à Ermenonville. C’est le début de la "Rousseau-mania".

 

En hommage et en référence au séjour heureux de Rousseau sur l’Ile Saint-Pierre du lac de Bienne, en Suisse, le marquis fait inhumer Rousseau sur l’Ile des cygnes rebaptisée Ile des Peupliers. L’enterrement a lieu de nuit à la lumière des torches en présence  des habitants d’Ermenonville. Un tombeau provisoire surmonté d’une urne dont les gravures d’époque nous ont gardé témoignage est remplacé plus tard par le tombeau définitif que l’on peut encore voir aujourd’hui. Sa forme inspirée des sépultures romaines antiques aurait été dessinée par le peintre Hubert Robert. La sculpture a été confiée à Jacques-Philippe Lesueur, artiste néoclassique qui a également œuvré à des bas-reliefs pour le Panthéon à Paris. 

Un véritable culte pour le philosophe va se développer au point de transformer les jardins du marquis et l’Ile des Peupliers en lieu de pèlerinage. Outre Marie-Antoinette et Bonaparte, le parc accueillera des hôtes illustres tels Joseph II d’Autriche, Robespierre, Benjamin Franklin, la célèbre peintre Elisabeth Vigée Le Brun (peu avant la Révolution Française de 1789) ou encore la grande actrice Marie Joly (1761-1798) qui déposera sur le cénotaphe une couronne de bronze dédiée aux Mânes de Rousseau et dont le mari lui offrira une sépulture à l’image de celle du philosophe réalisée par le même artiste, Jacques-Philippe Lesueur. On peut la voir près de la ville de Falaise, dans le Calvados, dans la commune de Soumont-Saint-Quentin.

 


L’Ile des Peupliers des jardins d’Ermenonville va devenir un motif emblématique reproduit symboliquement dans d’autres parcs paysagers en Europe représentatifs de l’esprit des Lumières : Wörlitz, en Allemagne,  où le prince Franz Van Anhalt-Dessau a aménagé une petite Ile avec une réplique du tombeau provisoire de Rousseau qu’il avait vu à Ermenonville. Ce parc est maintenant classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. A la fin du 18ème siècle, le parc  Arkadia en Pologne s’inspire d’Ermenonville et possède également une copie de l’Ile des Peupliers.  A Genève, une Ile posée sur le Rhône sera rebaptisée Ile Rousseau et plantée de peupliers en souvenir de l’homme de la vérité et de la nature, citoyen illustre de la ville. Une statue réalisée en 1834 par James Pradier représente Jean-Jacques Rousseau vêtu à l'antique en train d'écrire. 

 

L’Ile des Peupliers sera même qualifiée de « Terre sacrée », les récits de voyage à Ermenonville vont se multiplier et toute une série d’objets de souvenir (assiettes, tabatières, montres, éventails, peintures, gravures etc.) va proliférer avec des représentations de l’Ile des Peupliers.